Pergolayiti
Take a fresh look at your lifestyle.

À la dame assise à côté de moi

3 715

Je ne sais pas si cette lettre vous parviendra un jour mais jamais je n’aurai eu le courage de vous la donner. Je n’ai pas pu croiser votre regard voire oser vous parler, mais je devais écrire cette lettre sinon cela se positionnerait sur le podium de mes plus amers regrets. 

En prenant le bus ce matin, je n’aurais jamais imaginé que la seule vue de votre personne allait chambouler toute ma journée et peut-être ma vie entière : vous êtes apparue comme un mélange de beauté et de délicatesse qui m’a immédiatement fait perdre la tête. Les femmes comme vous, on ne les voit que sur les couvertures de magazines, dans les pubs et les films américains. Sauf qu’aujourd’hui, vous étiez là, assise à côté de moi. Ne croyez pas que c’est le baratin que j’utilise habituellement pour séduire les femmes. En général, je suis assez timide pour les aborder et encore plus pour étaler une tonne de mots flatteurs dans le but de les attirer dans mon filet troué.

Je n’ai pas eu le courage de vous parler ou vous adresser un sourire. J’ignore qui vous êtes, comment vous vous appelez mais je me laisse imaginer que vous vous nommez Tania ; au fait vous ne pouvez vous prénommer autrement. Vous avez l’air d’avoir atteint la quarantaine ou tout au plus. En tout cas, beaucoup plus que moi qui viens tout juste de fêter mon dix-neuvième anniversaire. Vous pourriez presqu’être ma mère, mais aussi drôle que ça puisse paraitre lorsque j’ai posé mes yeux sur vous, j’ai eu le sentiment d’apercevoir une jeune fille pucelle qui m’adouberait de ses premières faveurs.

Lorsque vous aviez décidé de vous asseoir à côté de moi et que vous m’aviez souri, j’ai senti le monde se dérober sous mes pieds, serais-je doté d’un charme aussi gracieux pour vous arracher un tel sourire ? Ou me serais-je trompé ? Peut-être que je vous rappelais quelqu’un d’autre. Les hommes mûrs et sûrs d’eux, ce n’est pas ce qui manque et une beauté comme la vôtre suffit à vous les mettre à vos pieds.

Mais pourquoi ne pourrais-je pas rêver ? Qu’aurais-je pu faire d’autre ? Alors au diable les dizaines d’années qui nous sépare ! Je me noie de fantasmes sur votre corps que j’aimerais tellement posséder. Peut-être la peur de voir briser mon rêve m’empêchera de vous donner cette lettre. J’imagine votre réaction, choquée par mon insolence, considérer tout ceci comme un manque total de respect envers vous dû à la folie des hormones à mon âge, et ma dévastation suite à votre regard outré et sévère.

Mais je vous assure « Tania », ce n’est ni de l’insolence, ni un manque de respect mais plutôt du désir brulant que vous faites naître en moi. Cette lettre peut ne jamais vous parvenir ni recevoir de réponse mais si mes fantasmes pouvaient s’avérer réalisables alors appelez-moi à ce numéro…….

 

Lire aussi>> Je suis un Salaud

                            Jameson Hernandez Delice

Envoyez-nous vos textes, faîtes partie de l'aventure Pergolayiti

3 commentaires
  1. Leysha dit

    C’est la simplicité du texte qui le rend aussi sophistiqué. Ça a l’air sincère, j’espère que Tania le verra.😂 J’attends la suite😞 Le numéro.

  2. NSC dit

    Où est le numéro? Beau texte. Il m’a beaucoup fait sourire.

  3. Jimberson dit

    Félicitions a vous✨

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.