Pergolayiti
Take a fresh look at your lifestyle.

Prisonnière de mon pays

2 780

                                   Prisonnière de mon pays

Il fait jour mais je broie du noir
Je sens les chaines serrer mes membres et la douleur dans mon âme
Je vois mes frères crier leur désespoir
Je vois ma mère qui pleure sous le poids de tous ces drames

Elle qui était la plus enviée pour ses béatitudes
Les blancs et tant d’autres lui ont marché sur le sein
Elle qui jadis a été la mère de tant d’orphelins
Voit aujourd’hui ses fils lui passer sous le cou la lame de l’ingratitude

Ô mère pardonne les! Ces indignes! Ces voyous!
Toi qui les a nourris depuis qu’ils sont nés
Regarde les s’entretuer comme des fous
Ils oublient même le pourquoi de leur liberté .

Ce sont eux qui t’ont vendu, mère
 L’argent et leur soif de pouvoir les ont rendu arrogants
Mère, qu’as tu fais à tes enfants
Pour qu’ils te soutirent tout ce que tu as de plus cher?

Hélas, ces souffrances t’ont  grièvement meurtrie 
Je pleure pour toi mais aussi pour moi
Tu ne ressembles plus à ma mère, Haïti
Mais je prie pour que mes frères aient pitié de toi

Cette mélanine qui me couvre me fait détester en terre inconnue
Pour  ma peau noire, je suis traitée d’esclave, de négresse
Mais je suis ta fille, je le confesse
Et nos liens malgré tout resteront à tout jamais cousus



                                                             Dominique Duverneau    H.





Envoyez-nous vos textes, faîtes partie de l'aventure Pergolayiti

2 commentaires
  1. Caleb Z. dit

    Tres beau texte, j’aime bien
    Un fond doux engagé, c’ nouveau
    Kontinye….

  2. Manley Bélizaire dit

    Woaw très beau texte de Dominique
    J’aime le contexte, l’idée et l’histoire qui y a été débattue

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.