Pergolayiti
Take a fresh look at your lifestyle.

Lettre laissée au bord du vide

9 1 162

-Fegens Paul

Je ne savais pas comment te parler. J’ai beau essayé, mais en vain. Oui, j’ai essayé maintes fois de héler ton nom ; enfin, ce que je crois être ton nom : Le temps. Je me décide finalement de te laisser une lettre sans enveloppe, secrètement anonyme au bord du précipice, sans la permission d’un savoir-faire coloré. Je te la laisse avec moi-même à l’intérieur de chaque mot, coincé entre les ponctuations anonçant l’arrêt momentané de mes gestes veules. Je cherche l’inspi dans tout ce qui bouge autour de ma tête. Chaos. 

Ceci n’est pas une lettre à proprement parler. C’est mon Moi sous forme de petites syllabes claudicantes, de bruits violents agglutinés avec mes instants de confiné, avec mon quotidien miroité, avec ma parole blessée-cousue. 

J’aimerais te raconter mes vingt-quatre heures, depuis ma première nuit confinée jusqu’à ce matin bleuté par ce ciel silencieux. Bizarrement, une question me tient par les couilles : comment aimer quand le temps est à la covid? 

Tu m’écouterais si je te dis que je n’ai rien à foutre de toi ? Toi qui va et n’es jamais revenu. Toi qui passes et repasses, éphémère telles des phrases proliférées dans l’immense vacarme du doute. Toi, toi, toi le temps qui nous met face à  une réalité quasi fictive, face à la bêtise humaine. Tu nous prends d’assaut dans notre incertitude burinée. 

Je voudrais te raconter mes journées. Hélas ! elles sont toutes similaires. Du coup, je n’ai pas grand-chose à te dire sinon mon mal-être camouflé. Je passe la plupart du temps alité, je me cache derrière des grands noms morts et vivants pour mettre le feu à ma solitude insupportable. Pyromanie avant la lettre. Je me cherche entre des pages labyrinthées des livres que je n’ai jamais eus le temps d’ouvrir avant. Avant tout ça. J’entame un dialogue incessant avec mon cher Edgar Morin avec une telle complexité, pardon je voulais dire complicité. Je me surprends en train de papoter avec le géant Foucault, à rire à gorge déployée avec Barthes. Je me perds et me retrouve dans les romans de mon Compère Soleil. Je tombe dans l’exubérance verbale à mesure que j’ingurgite les mots du Patrimoine vivant haïtien. Et je tourne sur moi-même telle une toupie. 

Ma piaule est devenue une bicyclette, je bouge mon cul çà et là. Elle est tachée de mon souffle, de mon corps qui se liquéfie sur le poids d’une chaleur inouïe. Il fait moins chaud quand on pense au lendemain du confinement. Entretemps, je me construis une salle de Ciné. Bienvenue dans Le Coin de ma chambre-bicyclette. Ici, je regarde tous les nouveaux films et séries du monde. Ici, je puis m’offrir des tas et des tas de séances sans être las. Enfin, quand le blackout ne remplit pas l’espace-temps. Je crois que les films, ça aide à creuser un exutoire pour échapper à l’ennui du siècle. 

J’attends que le soleil se lève à l’horizon de mes désillusions. Je m’attends moi-même pour forcer la main au temps. J’attends des nuits ensoleillées comme jadis à l’interstice de ces mots vidés de leur sens au bord du vide fêlé. Si tu parviens à trouver cette lettre à l’endroit indiqué, ne la lis pas !

Moi,

 28/05/2020

8 :30 AM

Lire aussi>>Des mots pour immortaliser des mots

Envoyez-nous vos textes, faîtes partie de l'aventure Pergolayiti

9 commentaires
  1. Safara dit

    « Il va la lire cette lettre! T ‘aurais dû la cacheter dans une enveloppe et ecrire à ne pas lire dessus »😃. J ‘aime ton texte!

  2. Fegens PAUL dit

    T’as raison. J’aurais dû, mais je n’ai pas pu. Lol
    Merci Safara!

  3. Marie Flore dit

    Je ne l’ai pas lue😅.

  4. Fegens PAUL dit

    Il ne faut pas Flore😊

  5. angelo dit

    Très beau texte! Keep it up bro!

  6. Shesly Brenda Python dit

    Beau texte! Bien mon frère.

  7. Fegens PAUL dit

    Merci frère.

  8. Tatiana dit

    Il ne faut pas sous-estimer l’attrait de l’interdit. 😂😂
    Mieux vaut dire ce qu’il se passera sinon. 😂

  9. Kender Sainflinat dit

    Bravo Compère! Je suis très fier de toi! Tchenbe rèd pa moli vye-frè!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.