Pergolayiti
Take a fresh look at your lifestyle.

Natalie

0 678

Natalie était réticente à l’idée d’accompagner sa meilleure amie Danielle à la fête d’Halloween de cette année. C’était l’une des fêtes qu’elle avait toujours détestées. Ça devait provenir de sa première et dernière participation lorsqu’elle avait cinq ans et que cet homme déguisé en vampire lui avait foutu la peur de sa vie en courant après elle qui ne demandait que des bonbons. Depuis, elle disait que n’importe qui pourrait se cacher sous ces masques qui lui donnaient la chair de poule. C’était le genre de fille qui aimait passer la plupart de son temps dans les films et livres romantiques voulant vivre à travers ces scènes qu’elle avait toujours cru qu’elle ne vivrait jamais en réalité. A 20 ans, elle n’avait pas encore eu de petit copain et cela la terrifiait. Elle n’arrêtait de se reprocher son apparence qu’elle jugeait peu féminine. Elle maudissait souvent ses lèvres trop charnues, son nez trop pointu ou encore ses yeux trop gris qui lui donnaient l’allure d’un chat. 

Elle ne savait même plus quand ni comment elle s’était laissée convaincre mais elle était là, devant cette grande maison en face de chez elle qu’elle avait toujours cru hantée à cause du fait qu’elle n’avait jamais vu personne en sortir. 

Danielle la rassura:

  • -C’est le petit-fils des propriétaires qui nous a invités. 
  • -Je croyais qu’elle était inhabitée, répliqua-t-elle. 

Elle avait entendu bien de légendes à propos de cette maison. Entre ceux qui disaient qu’un vampire y errait ou encore que les fêtes d’halloween y étaient organisées exprès pour capturer des âmes à offrir en sacrifice, Il y avait vraiment de quoi à flipper. Sa grand-mère, le seul parent qui lui restait, n’avait cessé de lui mettre en garde en plus. 

Son amie ne lui dit rien et la tira par la main à travers cette foule masquée qui la terrifiait aussi bien que les citrouilles devant la maison. Ce froid d’hiver fit tressaillir son corps à plusieurs moments et elle ne cessait de tirer sur son costume, celui-là que Danielle lui avait apporté le soir même et qui dévoilait ses bras et ses genoux. Le masque s’ajustait bien à son visage et laissait apparaître ses lèvres, mettant tout aussi bien en valeur ses yeux. 

Elle resta dans un coin, seule – son amie avait disparu –  faisant vaciller son corps timidement sous le rythme de la musique. Puis elle sentit deux mains imposantes se poser sur ses épaules et se glisser le long de ses bras. Elle ferma les yeux. Peu importe qui c’était, c’était bon de se sentir comme ça: désirée. Elle voulut se retourner, mais l’inconnu l’en interdit en la tenant fermement devant lui alors qu’il déposait de petits baisers contre son cou. 

Elle se retourna enfin mais n’eut pas peur de ce qu’elle voyait quoi qu’il avait l’air effrayant. Était-ce ce feu qui brûlait en elle déjà qui fit disparaître toute sa peur? Elle passa sa main sur son visage tout noir qui semblait être peint. Sans trop savoir pourquoi, elle voulut avoir son premier baiser avec lui. Elle se mit sur la pointe des pieds pendant que ses yeux l’imploraient de s’approcher d’elle mais lorsqu’il y sortit de sa bouche deux canines bien trop longues ressemblant à celles des vampires, Natalie voulut reculer. Sa main posée contre le bas de son dos la retint contre le torse de l’inconnu.

– Embrasse-moi. Murmura-t-il telle une plainte dans le creux de son cou. 

Était-ce possible que quelqu’un ait une si belle voix? C’était la plus belle des mélodies qu’elle n’avait jamais entendues. Elle n’avait pas bu pourtant il lui faisait un tel effet qu’elle se promit de profiter de cette soirée comme si c’était sa dernière sur terre. Déjà qu’elle croyait qu’une fois son costume et son masque enlevés aucun homme ne prêterait attention à elle.

Elle approcha ses lèvres des siennes et tout son corps s’électrifia au premier contact. Il fourra sa langue dans sa bouche et elle répondit favorablement. Il lui faisait explorer des univers qu’elle ne savait voir que dans les films, par un simple baiser. Les canines pinçaient ses lèvres mais elle n’en tint pas compte. Rien ne semblait compter plus que ça pour Natalie à ce moment précis. Elle se rendit compte qu’elle venait d’avoir son premier coup de foudre. 

Alors qu’elle voulut intensifier le baiser, le calme plat de la salle attira son attention. Le souffle coupé, elle détacha ses lèvres des siennes pour se retourner. 

Ses yeux s’écarquillèrent. Les autres étaient immobiles comme s’ils étaient en mode pause, le regard fixé sur la scène où cinq personnes semblaient dévorer un corps. 

  • -Ce n’est qu’une mise en scène. Lui murmura l’inconnu. Tu n’as pas à avoir peur comme ça.
  • -Ça paraît tellement réel. 

Il l’attira à lui et ils montèrent les escaliers ensemble alors qu’elle essayait de comprendre ce qui se passait en bas. Elle conclut en elle-même qu’elle avait trop peur d’Halloween. Si seulement Danielle était restée près d’elle, elle l’aurait rassurée. 

  • -A quoi tu penses? 

La voix la fit bondir de ses pensées. 

  • -A ma meilleure amie. Dit-elle. 
  • -Danielle?

Étonnée, elle lâcha sa main d’un geste rapide et plongea ses yeux dans les siens. Ces derniers étaient rouges comme tachés de sang. 

  • -Comment tu connais son nom? Lui demanda-t-elle. 
  • -De la même façon que je sais que tu t’appelles Natalie, que tu habites en face d’ici et que tu n’as jamais eu de petit copain. 

Elle était abasourdie face à de telles révélations mais tellement intriguée en même temps! 

  • -Et que sais-tu d’autre? L’incita-t-elle à continuer. 
  • -Que…

Il passa ses mains autour de son cou et approcha ses lèvres de ses oreilles:

  • -Qu’Halloween t’effraie mais que tu vas bientôt adorer. 

Elle esquissa un sourire du coin des lèvres et le suivit à travers le couloir. Ses yeux voyagèrent du tapis rouge sous leurs pieds sur lequel étaient dessinés des têtes de morts pour s’attarder un peu plus loin sur ces murs peints çà et là en rouge. 

Le couloir de la mort. Se dit-elle, effrayée.

Elle poussa un cri d’effroi lorsqu’elle passa près d’une porte où était accrochée le crâne d’un mort. 

  • -Ce n’est que pour la décoration. Rit-il. C’est Halloween, non?

Elle n’était pas rassurée. Tout, depuis son arrivée, avait l’air d’être tellement réel. Elle s’accrocha à son bras pour se sentir un peu plus en sécurité. 

  • -Tu sembles bien connaître la maison. Argumenta-t-elle. C’est toi le petit-fils des propriétaires?

Il en rit à gorge déployée.

  • -Quels propriétaires? 
  • -Je veux dire. En fait, mon amie m’a dit avoir reçu l’invitation du petit-fils des propriétaires. Je croyais que c’était t…
  • -Qui a dit que cette maison avait des propriétaires? 

Elle le regarda, étonnée et attendait toujours sa réponse. 

  • -Tu auras tout le temps de me connaître, Natalie. 
  • -Enlève ton masque. Ordonna-t-elle en s’arrêtant en plein milieu du couloir.
  • -Qui a dit que j’en portais?

Était-ce de l’humour? En tout cas, elle n’arrivait pas à en rire. Il s’approcha d’elle et la prit par la main.

  • -Voyons, le diable ne te mangera pas. Dit-il, esquissant un faible sourire. Suis-moi. 

Elle voulut prendre ses jambes à son cou un moment mais elle se dit que l’Halloween devait être comme ça: flippant. D’ailleurs, cet inconnu était aussi ténébreux que tous les autres présents à cette fête. 

  • -Où va-t-on ? Lui demanda-t-elle. 
  • -Tu es trop bavarde, tu sais. C’est juste au fond. 
  • -Pourquoi tu m’as embrassée?

Cette question dansait dans sa tête depuis tout à l’heure et elle ne pouvait s’empêcher de le lui demander.

  • -Pourquoi tu m’as laissé t’embrasser, tu veux dire? Lui demanda-t-il à son tour avec un sourire en coin. 

Elle rit timidement de sa réplique. Il était drôle. Elle en vint jusqu’à se sentir chanceuse de tomber sur quelqu’un comme lui et pria même que tout ça ne s’arrête jamais. Comme il connaissait son nom, il devait avoir déjà vu son visage. Elle se sentit heureuse qu’il l’ait quand même approchée. 

Ils arrivèrent devant une pièce et l’inconnu y pénétra avec elle. Il faisait sombre mais assez pour qu’ils voient où mettre les pieds. Une fois encore, il la pressa contre lui sans qu’elle ne s’y attende. Elle leva les yeux vers lui comme si elle demandait des explications pour tout ça. En guise de réponse, il déposa un baiser sur son nez que le masque ne cachait pas. Elle en devint embarrassée. 

  • -Qu’est-ce qui ne va pas? Lui demanda-t-il. 
  • -C’est mon nez. Dit-elle, gênée. On dirait celui de Pinocchio.

Il la fit asseoir près de lui sur le grand lit de la chambre. Il embrassa ses paumes à plusieurs reprises sans se lasser de parler:

  • -Je sais que tu te poses beaucoup de questions. Je vais te raconter une histoire. Certains disent que c’est une légende. A la fin, tu en jugeras par toi-même…

Elle voulut enlever son masque mais il le lui en empêcha. Avait-il peur de voir son visage? Il disait pourtant la connaître tout à l’heure. Ses lèvres s’approchèrent de son cou pendant qu’il continuait son récit:

  • -Il était une fois, un jeune homme qui aimait jouer avec les sentiments des filles. Il se croyait gentleman jusqu’au jour il fut frappé d’une grande malédiction…

Il caressa ses lèvres alors qu’elle, intriguée, l’incitait à continuer. 

  • -La sorcière du village, reprit-il alors que ses lèvres se baladaient sur la nuque de Natalie, l’avait maudit parce qu’il avait osé rejeter sa fille comme une vielle chaussette.
  • -Quel genre de malédiction? Lui demanda-t-elle. 
  • -Shut! Fit-il avant de l’embrasser. 

Il stoppa ses mouvements et continua:

  • -Il n’a jamais su, en fait. Seulement, aucune fille n’avait plus voulu s’approcher de lui. C’était comme s’il avait perdu de sa prestance. Et sa beauté se détériorait à mesure que le temps passait. De son visage devenu tout noir en passant par ses dents longues, il était des plus effrayants…

Elle voulut s’écarter de lui mais une fois encore, cette connexion qu’elle ressentait avec lui était plus forte que sa peur. Elle était sûre que son cœur battait de manière désorientée beaucoup plus à cause des sentiments qu’elle éprouvait pour lui qu’à cause de la peur. Elle devait bien arrêter d’agir comme une enfant qui tremblait face aux histoires d’horreur.

Du bout des doigts, il fit glisser sa petite robe qui lui servait de costume à ses pieds. N’ayant jamais été en sous-vêtements face à aucun homme auparavant, Natalie attrapa les draps comme pour se cacher mais s’en débarrassa ensuite en le voyant enlever lui aussi son costume. 

  • -Puis, dit-il entre deux baisers alors qu’il la faisait allonger sur le lit, il était devenu un vampire sans même savoir comment. 

Elle écarquilla des yeux avant de pouffer de rire. Il n’était pas question qu’elle croit en ces histoires de vampire. Ça devait être une légende après tout. 

  • -J’aime bien que ça t’amuse, dit-il faisant apparaître ses canines pour lui faire une petite grimace. 

Elle allait lui demander pourquoi il ne voulait pas qu’ils enlèvent leur masque mais ses lèvres qui embrassèrent son ventre la firent taire. Elle languissait beaucoup plus mais il tenait à finir son histoire. 

  • -Il ne pouvait résister à aucune forme humaine et cela le rendait fou parce qu’il savait que ce n’était pas sa vraie nature. Quand il sut que c’était la sorcière qui avait fait de lui une telle créature, il commença par chercher comment s’en libérer. Il découvrit que cela était irréversible: qu’un vampire serait toujours un vampire, une fois transformé. Sa plus grande peur était de finir seul. Déjà qu’il s’était enfui de son village laissant sa famille derrière lui, il voulait trouver une fille, une seule qu’il pourrait transformer pour vivre éternellement avec lui…
  • -Tais-toi. Ordonna-t-elle. Ça commence vraiment à me faire peur et je t’avoue que ce n’est pas une belle façon de faire l’amour. Raconte-moi plutôt une belle histoire romantique ou dis-moi autre chose à me faire…

Elle fut elle-même étonnée par ses propres mots. 

  • -A te faire? Demanda-t-il de son sourire en coin. 

Elle ne répondit pas. Si ce n’était son masque, elle se serait caché le visage de ses mains parce qu’il l’aurait vu rougir comme à chaque fois quand elle était gênée. Il continua donc à bénir son corps de ses baisers alors qu’elle tremblait déjà entre ses mains. 

  • -Il avait appris que pour cela, il devait offrir beaucoup de sacrifices à ceux qu’adorait la sorcière. Comme ça, ils auraient pitié de lui et lui enverraient la fille qu’il fallait. Pour ce faire, il organisa des fêtes très souvent dans la grande et magnifique maison qu’il avait eue après avoir dévoré les propriétaires. Parfois c’était des bals masqués mais l’Halloween lui avait toujours donné beaucoup d’âmes qu’il ne fallait…

Natalie commença à prêter beaucoup plus attention à ce qu’il disait. 

  • -Il rôdait souvent dans le quartier pour voir s’il tomberait sur celle qui partagerait sa vie pour toujours. Les sacrifices devaient être agréables puisqu’on n’avait pas tardé à lui ouvrir les yeux sur cette fille qui n’habitait pas si loin de chez lui. 

Elle se raidit sous son poids lorsqu’elle sentit qu’elle venait de lui livrer une bonne partie d’elle-même. Elle toucha le drap mouillé de son sang. 

  • -Elle était pure en plus! S’exclama-t-il essoufflé. Il n’aurait pu rêver mieux. Bien qu’elle ait toujours été complexée dans son corps, cela le réjouissait parce que son apparence s’approchait un peu de la sienne…

Il planta ses canines dans son cou et Natalie laissa échapper un petit cri de douleur à la blessure. 

  • -Alors Natalie, est-ce que tu crois comme les autres que tout ça n’est qu’une légende? Lui demanda-t-il. 

D’un geste brusque et rapide, Natalie le poussa sur le côté. Elle sauta du lit, attrapant un drap sur le passage pour envelopper son corps et s’enfuit dans le couloir criant le nom de Danielle. Elle savait que ces fêtes n’annonçaient rien de bon surtout lorsqu’elles étaient organisées dans des maisons si mystérieuses. Elle se maudit d’être sortie en douce de chez elle sans avertir sa grand-mère qui n’avait cessé de la mettre en garde contre cette maison. 

Lorsqu’elle l’entendit crier son nom, elle accéléra le pas. 

Était-ce une mauvaise blague? Se demanda-t-elle. 

Elle secoua la tête voyant qu’elle avait encore des doutes alors que tout était si clair. Elle ne savait pas trop sur les vampires et elle ne comptait pas chercher à en savoir plus même quand tout ça n’était qu’une blague. Elle descendit les escaliers, sautant plusieurs marches. Elle crut qu’elle allait mourir d’une crise cardiaque lorsqu’ elle remarqua que la salle qui grouillait de gens depuis qu’elle était arrivée était maintenant vide. Elle criait le nom de son amie mais personne ne lui répondit. 

Ses mains devenaient moites à mesure qu’elle cherchait de comprendre ce qui se passait. A cela venait s’ajouter les ampoules qui clignotaient de temps à autre avant de craquer. Le noir ne jouait pas en sa faveur et elle cria à plein poumon. Lorsque les lumières se rallumèrent, elle le vit debout sur la scène entourée de plusieurs corps qui baignaient dans leur sang et dans ses mains, il tenait un autre corps qu’il dévorait. Natalie reconnut le visage sans vie de son amie. 

Elle cria de plus bel et ne sut par où s’enfuir. De sa bouche qui dégoulinait de sang, il lui parla en ces mots:

– Seulement quelques secondes pour que tu sois comme moi. Je t’ai déjà mordue.  Il indexa l’horloge. Il allait faire minuit. Il déposa alors les restes de Danielle, marcha sur les autres corps et s’approcha d’elle qui n’avait pu bouger d’un seul pouce tellement ses jambes tremblaient. 

Le bruit de l’aiguille annonça minuit.

***

Natalie se réveilla en sursaut et le corps en sueur. Elle déposa les mains sur son cœur qui battait bien trop fort et fut heureuse de se rendre compte que tout cela n’était qu’un stupide cauchemar. Elle pensa appeler Danielle au cours de la journée pour lui avertir qu’elle ne mettrait pas les pieds à aucune fête d’Halloween, encore moins à celle où elle l’avait invitée et qu’il serait mieux qu’elle n’y aille pas non plus. 

Une petite crampe au cou la fit déposer sa main contre pour le masser mais lorsqu’elle sentit une blessure sous sa main, elle arrêta son mouvement pour lever les yeux et analyser autour d’elle. Pour la énième fois, son cœur faillit s’arrêter. Elle reconnut cette chambre dont elle pensait avoir rêvé et tous les souvenirs lui revinrent lorsqu’il entra dans la chambre.

 

Dark Girl

Fin

Envoyez-nous vos textes, faîtes partie de l'aventure Pergolayiti

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.