Pergolayiti
Take a fresh look at your lifestyle.

Journée maudite

2 228

« Maman j’ai faim. Bailla l’auriculaire

  • Que va-t-on faire chéri? Demanda l’annulaire
  • On pourrait aller voler, je pense. Suggère le majeur
  • Et si on se fait choper? Questionna l’index
  • Moi, je ne suis pas avec vous. Finit le pouce »

    Je me rappelle de cette petite blague de ma défunte tante en regardant la table vide. Mon ventre gargouillait pendant que mes filles repoussaient leur réveil pour n’affronter encore cette même douleur qu’exprimait la réclamation de nos estomacs depuis deux semaines.

    À côté de notre maison, un chantier était ouvert et aujourd’hui, j’allais demander un travail. Bien que je ne sois pas maçon, il fallait bien tout tenter pour effacer la blancheur sur nos lèvres.

    Mon diplôme était réduit à un simple papier encadré dans ma chambre qui ne m’était utile à rien et mon CV ne me permettait un poste dans les entreprises auxquelles j’ai demandé. Et alors il me faut trouver autre chose. Trouver à manger, trouver la paix et le bonheur.

Les hommes venaient d’arriver sur le chantier. Et sans plus attendre, je me rendis à la salle de bain me laver le visage et secouer l’eau à ma bouche.

En sortant, j’allais les rejoindre. Je m’adressai à un visage que je jugeais plus compréhensif et plus apte à m’aider dans ma quête.

« Bonjou ti mesye, n’ap frape la? Les saluai-je tous.

  • Wey !
  • Mon ami, alò eskize m wi, se yon ti travay m ap chache fè, donk m pa konn si w pa ta gen yon ti bagay pou mwen?
  • Zanmi m pa mèt chantye a non, lè mèt li vini, w a pale avè l.
  • Mèsi zanmi pa m. »

Quittant le chantier, je rentrai chez moi pour découvrir qu’elles étaient toutes réveillées. Leur mère les préparait pour aller à l’école et leur solidarité me ranima le cœur pour la première fois de la journée. Elles sortirent toutes de la maison, leur mère allant donner une énième excuse pour le retard de la paye de la scolarité des enfants.

Le patron ne venait pas et décidément n’avait pas l’intention de venir. J’eus une idée de prendre ma brouette et de me rendre au marché Salomon. Le soleil était à plomb et je suais à exposer mon odeur corporelle.

Je me faufilai au milieu du monde qui allait et venait sans arrêt, préoccupé à faire des provisions maigres pour leur coûts. Les bruits de la machette sur la viande crue, des bouteilles frappées par un morceau de fer, d’un couteau qu’on aiguisait et d’autres bruits typiques d’un marché local se mélangeaient au milieu des vendeuses assises à la même place habituelle sermonnant chaque passant qui s’arrêtaient un peu trop près de leurs marchandises. Je passai marchander mon service à toutes les Madan Sara et vendeuses à gros paniers ou gros sacs. Certaines d’entre elles avaient déjà leur client à elles et certaines autres ne pouvaient pas m’engager. Aujourd’hui le taux venait de prendre une autre proportion et la négociation était plus rude. On entendit deux coups de feu au milieu du marché et quatre hommes lourdement armés vinrent rançonner les marchandes. L’argent leur venait avec une facilité déconcertante et sans trop d’efforts.

Je rejoignis une « Chen janbe » qui appelait sa fille à l’aide pour transporter la chaudière. Je m’amenai avec ma brouette et leur offrait de la transporter à leur place, ce qu’elles acceptèrent et nous éloignâmes du marché jusqu’ à une maison qui semblait la sienne.

  • Mèsi anpil jènjan. Oh! Gade de malpwòpte mesye ! Menm anyen w pa ka regle nan peyi sa pou degaje w nan mizè a! Ou paka viv an pè tèlman y’ap pèsekite w’. Nèg sou pouvwa sa yo pa janm di yon mo pou malere mezanmi!

À ses mots, mon ventre ne se sentit pas de joie. L’odeur du riz dans la chaudière me tourmentait à provoquer une douleur dans mon estomac. Je fis une grimace en pressant dessus mon corps et m’accroupit.

  • Sa w gen la, jènjan? Demanda la dame.
  • Grangou k ap touye m konsa wi… »

Je profitai pour lui raconter mon histoire pendant qu’elle me dressait trois cuillères dans une assiette en carton que sa fille m’offrait. Et deux autres assiettes qu’elle préparait pour ma femme et mes filles.

Je finis mon assiette de riz et la remerciai avec une honte de ne pas pouvoir lui payer sa gentillesse. Je la remerciai et prit les deux autres assiettes que j’emportai chez moi.

***

  • Men papi tololo! Men papi tololo!
  • Mes amours! M pote yon bagay pou nou ak manman An palan de sa kote li ye?
  • Mèsi anpil papi! Li sòti wi depi lè li fin depoze nou la a.
  • Kote l ale?
  • Li pa di nou non. »

Plusieurs heures plus tard, après que les filles furent endormies, je guettais dehors en attente de Giselda quand j’aperçus une silhouette venant vers moi qui sanglotait.

  • Gigi? Gigi cheri, sa w genyen boubou? Di m non sa w genyen?
  • Marc, mwen wont. M pa santi m moun ankò. M pèdi espwa, tout fòs mwen ale.
  • heri se pa sèl ou, mwen tou, m santi m wont. Nou oblije nan sitiyasyon mizè sa a pou pitit fi nou yo, sa mande sakrifis e m te pwomèt ou pou m toujou rete bò kote w. M prè pou m fè nenpòt kisa l ye pou lanmou m gen pou ou ak pou pitit mwen.
  • Woy Marc, m santi m ap mouri, m santi m about!
  • Doudou pran kouraj, yon jou li pa p konsa, m ap jwenn yon bon djòb, pitit nou pa p dwe lekòl, ap gen manje chak jou nan kay la, Nou pral viv pi byen cheri. Kenbe la!
  • M konnen Marc men aah… soupira t-elle”

Il s’ensuivit un long silence où je pris ma femme dans mes bras, la caressant doucement. Elle ne répondit pas à mon étreinte.

  • Marc m vle ou fè m yon pwomès.
  • Ki pwomès cheri ?
  • Fè m pwomès ou p ap janm rayi m, fè m pwomès ou p ap janm kite m yon fwa.
  • Doudou ou konnen m renmen w. Lanmou m pou ou enplike tout sa déjà.
  • Non m vle pou ou fè m pwomès la menm. Pwomèt mwen sa.
  • Poukisa cheri? Kòmsi ou pa kwè nan mwen? Ou pa fè m konfyans?
  • Non Marc e pa sa m di w : Fè m pwomès ou pa janm kite m ni ou p ap janm rayi m.
  • Bon ok cheri, m fè w pwomès pou m pa janm kite w ni pou m pa janm rayi w. Men poukisa w ap fè m fò w pwomès sa ? Di m non cheri, kisa ki pase ? Demandai-je, perplexe.
  • Marc cheri, sitiyasyon nou vin pi difisil ke jan yo te ye. Bagay yo mangonmen
  • Sa k pase cheri ? Sa k fè w di sa ?
  • Lè m sot chèche timoun yo lekòl, m fin depoze yo la a, mwen fè yon pase al wè makòmè m pou m al eksplike ka nou ak timoun yo. Nou fè yon pakèt tan ap pale, Li ban m 500 dola pou m vin kuit on ti bagay pou nou. Lè m ap sòti lakay li, solèy te gentan ap kouche, e m pa t ka jwenn machin. Lè m wè li fin ap ta, m fè tout wout la sou de pye m. Pandan m nan ri denkonb lan… »

Elle s’arrêta un moment et fit une pause de quelques secondes, avant de recommencer d’une voix éplorée.

« Pandan m nan ri denkonb lan, 4 nèg ak zam vin atake m ak kagoul nan tèt yo. Yo pran tout kòb ki sou mwen epi yonn nan yo lage m atè, li kòmanse ap rale rad sou mwen pandan yon lòt ap menase m ak zam li a. Nèg la ap fòse ouvè janm mwen pandan yon lòt ap peze bouch mwen pou m pa rele. M ap redi avèk yo men yo gen plis fòs pase m. Nèg la dezipe pantalon l e li rive ekate janm mwen. M ap fòse kenbe kilòt mwen men li pito chire. Sa ki fè nèg la rantre anndan m epi li… li vyole m. » Finit-elle en sanglots.

  • Woy fout! Gadon tenten! Partis-je dans un débordement de sentiments qui se transforma en colère.
  • M al fè kòb demen an menm jan avè w, men sa m al pase. »

Je crispai du poing, ce qui eut pour effet d’apeurer Giselda. Je me frappai les cuisses de rage avant de tomber sur le sol, envahi de désespoir. Giselda gardait une distance entre elle et moi, craignant peut-être que je n’aie une réaction violente vis-à-vis d’elle en ce moment.

Je pleurai doucement un moment et entrai dans la cuisine prendre sa nourriture que je lui apportai. Elle recula à ma vue avant de comprendre que je tenais une assiette en carton que je lui offrais.

Elle prit sa nourriture, s’asseyait et mis une cuillère à sa bouche. Je collai mon front contre la sienne. Là, elle me murmura : « Pa gen lòt verite Marc, mwen echwe! »

  • Non cheri. O kontrè, ou montre pa gen sakrifis ou pa p fè pou pitit ou. E se sa ki fè m renmen w plis. Demen nou pral nan yon sant sante pou yo fè depistaj pou ou epi ba w asistans, ann atandan timoun yo pa dwe konn anyen jiskaske yo gen ase konprann pou yo wè yo se viktim yon sosyete ki pèdi moral li. » Lui répondis-je en séchant une larme qui perlait sur son visage.

Je l’embrassai. Elle se laissa faire. Je pouvais tout braver, je pouvais me lancer dans n’importe quelle bataille, et la remporter. Pourvu qu’elle, ma bien aimée, soit à mes côtés.

Padley B. Pérard

Envoyez-nous vos textes, faîtes partie de l'aventure Pergolayiti

2 commentaires
  1. Spender dit

    Cette histoire contient beaucoup de leçon de morale ??

  2. Lanose Jude dit

    Woaw !!! Super

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.